Remboursement traitement DMLA : quelle prise en charge par la sécurité sociale et la mutuelle lors de dégénérescence maculaire liée à l'âge traitée par injection et/ou laser ?

prise en charge DMLA – sécu et mutuelle

Le remboursement du traitement de la DMLA par les mutuelles complète la prise en charge à 100 % de la sécurité sociale dans le cadre d'une affection de longue durée (ALD). Il concerne les injections intravitréennes, le laser et différents médicaments (anti-antigéniques, anti-VEGF, etc.).
Les compagnies comparées sur « Lesmutuellespascheres.com » prévoient aussi la couverture des dépassements d’honoraires des ophtalmologues, les lunettes de basse vision ou loupe électronique non concernées par le remboursement à 100 % de la sécurité sociale et s’avérant indispensables au senior atteint par la dégénérescence maculaire liée à l'âge. Certaines mutuelles pas chères réservent aussi des forfaits pour les médicaments complémentaires tels le « Macula-Z ».

A savoir, la prise en charge de la DMLA par la sécurité sociale à 100 % est toujours nécessaire pour rembourser des injections intravitréennes (IVT) de plus de 500 €/mois comme le LUCENTIS.

Le traitement de la DMLA peut être remboursé par une mutuelle pas chère et la CPAM (caisse primaire d’assurance maladie) sans laisser de reste à charge. Le comparateur explique comment cela est possible et propose de faire des devis gratuits pour découvrir les formules santé les plus adaptées pour un senior devenu malvoyant.

Remboursement traitement DMLA : la sécurité sociale et la mutuelle prennent en charge les frais des injections (intravitréennes), lunettes grossissantes et autres soins

La prise en charge de la DMLA à 100 % par la sécurité sociale est nécessaire pour activer les garanties de la mutuelle santé d’un senior. Elle concerne le remboursement des lunettes grossissantes pour DMLA, des injections intravitréennes de médicaments, du transport en taxi ou VSL (transport sanitaire léger) conventionné et même d’un appareil auditif si nécessaire.

La sécurité sociale accorde sa prise en charge à 100 % pour la DMLA en la considérant comme une affection de longue durée (ALD). Cependant, elle laisse à la charge du patient les dépassements d’honoraires des spécialistes et frais médicaux non reconnus par le régime de base.

Afin de compléter la prise en charge des frais du traitement sans attente, une mutuelle sans délai de carence est conseillée notamment pour activer les garanties optiques et rembourser jusqu’aux frais réels les lunettes de basse vison.

Les points suivant permettent de détailler les frais du traitement de la DMLA concernés par la prise en charge de la sécurité sociale et de la mutuelle :

  • Injections intravitréennes (IVT) : le remboursement concerne le LUCENTIS et l’EYLEA dont les prix valent entre 603,90 € et 637,57 €/flacon injectable chaque mois. La sécurité sociale les prend en charge à 100 % quand une DMLA est diagnostiquée. D’autres piqures oculaires ou intravitréennes sont remboursées ; c’est le cas des injections d’AVESTIN ou autres médicaments anti-VEGF, anti-antigéniques dont les prix vont jusqu’à 100 €/acte.
  • Consultations des ophtalmologues : les praticiens qui suivent la maladie et injectent le médicament dans l’œil facturent habituellement des dépassements d'honoraires élevés, vu leur appartenance quasi permanente au secteur 2. Pour cela, la prise en charge à 100 % des consultations par la sécurité sociale est toujours insuffisante en cas de DMLA.
    Dans ce contexte, la piqure intravitréenne est mieux remboursée par une mutuelle senior pas chère ou haut de gamme tant qu'elle affiche un taux supérieur à 200 % pour les honoraires des ophtalmologues et infirmiers.
  • Bilans ophtalmologiques : ils coûtent en moyenne 150 € (sur Paris) ce qui représente près du triple du tarif pris en charge par la sécurité sociale. Pour cela, un taux de remboursement dès 300% par la mutuelle est recommandé pour éviter les restes à charge.
  • Le laser pour traiter la DMLA exsudative (humide) : Ce traitement de la dégénérescence maculaire des yeux est aussi pris en charge par l’assurance maladie et plusieurs mutuelles pas chères jusqu’au frais réel. Toutefois, il est nécessaire que le laser soit prescrit pour traiter l’hémorragie dans l’œil.
  • Equipements de basse vision : le remboursement d’une loupe électronique pour malvoyants atteints de DMAL peut être intégral entre la sécurité sociale et une bonne mutuelle santé alors que le coût dépasse facilement 1000 €. Pour cela, les meilleures compagnies partenaires prévoient jusqu'à des taux de 500 %. La prise en charge de la CPAM pour la loupe grossissante en cas de DMLA est aussi complétée par la contribution de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) ; ces 2 organismes laissent rarement des restes à charge.
  • Lunettes grossissantes pour DMLA : elles sont remboursées au même titre que des montures à verres très complexes ; une mutuelle optique efficace prévoit jusqu'à 850 €, voire plus quand elle est « non responsable ».
    Le remboursement des lunettes grossissantes en cas de DMLA peut laisser un reste à charge de 0 € quand le senior utilise l’option « 100 % Santé » de sa mutuelle pas chère conformément à la loi. Toutefois, le cadre et les verres utilisés doivent correspondre à des critères de qualité fixés par la sécurité sociale.
  • Audioprothèses : le remboursement de l’appareil auditif en cas de DMLA est assuré par la CPAM et la mutuelle à la limite de 1700 € dès qu’un senior montre un affaiblissement de son audition sensée compenser sa perte progressive de la vue.
  • Frais du transport du senior : le déplacement en VSL en cas de DMLA est remboursé par la sécurité sociale et les mutuelles santé quand une personne âgée nécessite un traitement particulier durant son transfert à un centre médical spécialisé dans les maladies des yeux. Dans le cas contraire, le prix d’un simple taxi conventionné avec l’assurance maladie est pris en charge.

Les 8 points susmentionnés sont les clés d'un remboursement efficace et suffisant des frais consécutifs à une DMLA que la (HAS) Haute Autorité de Santé et la sécurité sociale reconnaissent ; tenez-en compte lors de réaliser vos devis comparatifs pour choisir une mutuelle adaptée.

Traitement de DMLA remboursé par la mutuelle sans la sécurité sociale : quels sont les soins pris en charge uniquement par les complémentaires santé ?

Les mutuelles indiquées pour les seniors atteints de DMLA remboursent d'autres frais outre les traitements conventionnels pris en charge par la sécurité sociale ; elles couvrent aussi :

  • les soins prodigués par l'orthoptiste nécessaire pour apprendre le patient à mieux utiliser ses yeux
  • les services de l'ergothérapeute qui conseille le senior pour adapter son espace et vivre avec la DMLA
  • les séances de psychologues utiles à gérer la baisse de moral consécutive à une dégénérescence maculaire liée à l'âge
  • Le transport en taxi conventionné vers les praticiens et professionnels de santé intervenant dans le traitement de la DMLA
  • Les substituts nicotiniques très utiles, vu que le tabagisme augmente les risques de la dégénérescence maculaire liée à l'âge de 3 à 4 fois

Les partenaires de « Lesmutuellespascheres.com » remboursent ces frais selon des forfaits annuels pouvant atteindre 450 €/an.

D'autres assureurs comme la mutuelle GMF, MACIF et la Mutuelle Générale proposent des garanties similaires qui demandent d'être comparées à celles des compagnies proposées sur ce site pour connaître la meilleure en cas d'ALD oculaire.

Cependant, la sécurité sociale et la majorité des mutuelles ne remboursent pas les compléments alimentaires achetés par le senior ayant une dégénérescence maculaire liée à l'âge. C’est le cas de « MaculA-Z » et « NaturOphta Macula » et autres produits pharmaceutiques parfois prescrits par les ophtalmologues et les généralistes.

Remboursement du traitement de la DMLA par la sécurité sociale : astuces pour avoir toujours une couverture à 100% des soins et équipements ?

Une mutuelle pas chère permet d'être bien remboursé du traitement et des équipements nécessaires en cas de DMLA quand la sécurité sociale prend en charge à 100 %. Pour cela, il est conseillé de respecter le parcours de soins et de demander une « reconnaissance de la DMLA en tant qu'affection de longue durée hors liste ». De plus, 2 astuces sont à éprouver :

  • Demander la prise en charge pour ALD avant l'âge de 60 ans ; cela est nécessaire pour obtenir le Financement des Aides Techniques Visuelles octroyé par la MDPH. Au-delà de cet âge, la reconnaissance de l'affection de longue durée devient conditionnée par la situation financière.
  • Vérifier toujours si l'aide visuelle pour personnes ayant la DMAL (loupe pour malvoyant) figure sur la liste des produits et prestations remboursables de la sécurité sociale.
  • Eviter d'acheter un équipement de basse vision avant d'avoir présenté 2 devis comparatifs à la MDPH et l'assurance maladie qui vont statuer sur l'équipement à rembourser.

Ces 3 idées sont utiles pour éviter de payer la majorité des frais liés aux traitements de la DMLA ; c'est aussi un bon moyen pour minimiser les restes à charge à rembourser par la mutuelle et éviter d'atteindre le plafond limite.

Un autre conseil est intéressant pour déceler la DMLA avant 60 ans : il est important de tester soi-même ses 2 yeux chacun à part dès la cinquantaine ; il suffit pour cela de mettre la main sur l'un d'eux, tour à tour. Les anomalies à relever sont :

  • une distorsion des lignes droites ; pour cela, il suffit de regarder une grille d'Amsler
  • une perte de sensibilité au contraste et une vue moins nette même avec des lunettes
  • un besoin accru de lumière pour pouvoir distinguer les objets sur un fond de même couleur
  • une tâche noire (même minuscule) au centre du champ visuel (elle apprêt dans un stade avancé).

Tous les conseils ci-dessus concernent les seniors de 50 ans et plus. Toutefois, ils deviennent utiles à tous les utilisateurs des écrans (professionnels et enfants). Ces derniers subissent les effets de la lumière bleue et connaissent actuellement une véritable épidémie de DMLA chez les jeunes. Cette maladie est aussi prise en charge par la sécurité sociale sans distinction d’âge.

Au moindre symptôme, un test DMLA effectué par l'ophtalmologue est nécessaire. La mutuelle choisie lors de la comparaison en ligne, se charge de rembourser le bilan de vos yeux.


1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Evaluation 3.0 sur 5 / note basée sur 14 avis